Navigation und Service

Inhalt

Sommet national sur l'intégration

La participation au cœur du sommet

Comment l'Allemagne peut-elle réussir à intégrer les immigrés ? Que peut apporter l'engagement civique à l'intégration ? Telles sont les questions sur lesquelles s'est penché le 9e Sommet national sur l'intégration, organisé à la Chancellerie fédérale.

La chancelière fédérale Angela Merkel au début du Sommet national sur l'intégration à la Chancellerie fédérale La chancelière fédérale Angela Merkel a convoqué pour la neuvième fois le Sommet sur l'intégration à la Chancellerie fédérale Foto: Bundesregierung/Steins

La chancelière fédérale Angela Merkel a déclaré en clôture du sommet : « L’on peut clairement constater ce qui a déjà été accompli. »

À l'issue du Sommet national sur l’intégration, la chancelière fédérale a parlé d'une rencontre « captivante et encourageante ». Le sommet, préparé par la déléguée du gouvernement fédéral à la Migration, aux Réfugiés et à l'Intégration Aydan Özoguz, se réunissait pour la 9e année consécutive depuis 2006.

Les grands thèmes du sommet de cette année étaient la participation à la vie de la société à travers l'engagement citoyen et le sentiment d'appartenance dans une société ouverte à l'immigration. L'intégration des réfugiés a également été abordée dans le contexte de l'actuel afflux de réfugiés.

Approche ciblée requise

Lors de la conférence de presse de clôture, Angela Merkel a esquissé les points essentiels particulièrement importants pour une participation réussie dans une société d’immigration :

  • Attachement à notre système de valeurs, la Loi fondamentale
  • Connaissances de la langue allemande
  • Participation à la vie active et sociale
  • Ouverture des associations et des structures sociales aux immigrants et, inversement, davantage d'ouverture de la part des migrants.

Une approche ciblée envers les personnes s'avère ici nécessaire, a souligné la chancelière. Les échanges menés l'ont montré à plusieurs reprises. Par ailleurs, le travail avec les réfugiés ne doit pas éclipser tout le reste. L'heure est cependant venue de montrer tout ce qui a été réalisé jusqu'ici, a déclaré Angela Merkel. Ainsi, après des débuts difficiles, l’année sociale volontaire (Freiwilliges Soziales Jahr) a également été ouverte aux associations de migrants.

Fort intérêt pour le thème de « l'intégration »

Le thème de l'intégration suscite un « surcroît d'intérêt », avait déclaré la chancelière dès l'ouverture du sommet. Cela s'explique en particulier par l'arrivée de 890 000 réfugiés en 2015.

Angela Merkel a tenu à rappeler que la politique du gouvernement fédéral était guidée « par le respect de la dignité de chaque être humain ». Il ne s'agit pas de tenir des discours creux. Faisant référence aux causes de départ, elle a affirmé qu'« il ne sert à rien de détourner les yeux lorsqu'il y a la guerre. »

Apprendre des erreurs passées

La participation est la clé de la compréhension mutuelle au sein de la société, a souligné la chancelière. Et d'ajouter : « L'intégration ne s'arrête pas à l'apprentissage de la langue. » Les problèmes ne doivent pas être passés sous silence, a poursuivi la chancelière. Il reste encore beaucoup à faire dans bien des domaines, d'où l'importance d'apprendre des erreurs et des manquements du passé.

Visite de la caserne de jeunes pompiers

En amont du sommet, la chancelière fédérale a visité, dans la matinée, la caserne de jeunes pompiers dans le quartier berlinois de Wedding. Sur place, elle a fait les louanges de ce projet, le qualifiant d'« exemple vivant » de la participation et de l'ouverture interculturelle.

La chancelière fédérale Angela Merkel lors de sa visite à la caserne de jeunes pompiers dans le quartier berlinois de Wedding Bild vergrößern Caserne de jeunes pompiers à Wedding Foto: Bundesregierung/Bergmann

Elle s'est montrée très satisfaite du travail des jeunes à la caserne qui repose en particulier sur de bonnes connaissances en premiers secours. Elle a été encore plus impressionnée devant le nombre croissant de recrues. Les échanges intensifs avec les écoles et le partenariat de coopération sont exemplaires, a-t-elle souligné. Cela fait littéralement école. « Bien sûr, l'on peut également se réjouir que des jeunes filles soient également présentes ici et s'intéressent à ces choses techniques », a affirmé Angela Merkel.

La chancelière fédérale a remercié toutes les parties prenantes en les encourageant à poursuivre dans cette voie et à motiver encore beaucoup de personnes, issues ou non de l'immigration, à rallier le projet.

Dans cette caserne du quartier de Wedding, pourtant fortement marqué par la présence immigrée, aucune jeune recrue n'était issue de l'immigration en 2002. Aujourd'hui, une sur deux l'est. Par ailleurs, des jeunes filles issues de l'immigration ont également rejoint la caserne de jeunes pompiers ; depuis juin, six enfants venus en Allemagne en tant que réfugiés font aussi partie de l'équipe.

Montag, 14. November 2016